Retropoche: "Koenigsmark" le premier d’une grande lignée

Pierre Benoit, Koenigsmark, Coll. Le Livre de Poche (nº 1), 1952

Ce grand roman de Pierre Benoit, paru en 1918, fut sélectionné pour ouvrir la célèbre collection "Le Livre de Poche", créée en 1953 par Henri Filipacchi. Le million d’exemplaires vendus de Koenigsmark, dont presque 90% dans Le Livre de Poche, sont des chiffres qui parlent d’eux mêmes du succès obtenu pour ce chef d’oeuvre de la littérature française.

La passion que Raoul Vignerte, jeune professeur français arrivé à la cour en qualité de précepteur du Gran-Duc Frédéric de Lautenbourg, éprouve envers sa belle-soeur la princesse Aurore de Lautenbourg-Detmold, constitue le moteur d’une narration passionnante qui a fait l’objet de plusieurs adaptations sur l’écran, dont celle de 1935 dirigée par Maurice Tourneur, avec Elissa Landi dans le rôle de la princesse Aurore.

Ci-dessus une image de l’exemplaire d’une des premières éditions en assez bon état qui fait partie de ma collection. Ci-dessous, le dépôt légal en bas de page correspondant au quatrième trimestre de 1952, qui correspondrait à une deuxième édition, étant donné que Bernard Bourgeois nous informe de l’existence dans sa bibliothèque de deux exemplaires marqués "8763-9-1952 sur la 4e ligne et Dép.lég.3e trim.1952 sur la 5e ligne" (merci Bernard). La date exacte de parution de Koenigsmark est censée être le 9 février 1953 (1).

J’ai pu dénicher cet exemplaire il n’y a pas si longtemps chez Livrenpoche. Il occupe désormais  une place  de préférence (plus exactement la première en haut et à gauche) dans le coin de ma bibliothèque consacré à la collection.

Les premiers numéros, dans son édition originale, étaient illustrés de très beaux dessins, dans les frontispices aussi bien que sur l’en-tête de chaque chapitre. Vous aurez sans doute repéré la finesse de l’impression, signée Braudard et Taupin, sur d’élégants types d’imprimerie, que contraste avec la mauvaise qualité du papier utilisé. Quoi qu’il en soit, il s’agissait d’une édition certainement très réussie pour un prix assez raisonnable (150 francs anciens), sachant qu’en 1953 les oeuvres de Pierre Benoit publiées chez Albin Michel étaient vendues 300 frs., donc deux fois le prix d’un "livre de poche".

D’après ce que j’ai pu constater, si jamais vous voulez acheter une première édition de "Le Livre de Poche" veillez à ce que l’ornement des deuxième et troisième de couverture ressemble à celui-ci:

et non au cartonnage étoilé (dépourvu des initiales LP) présent sur des éditions ultérieures.

Koenigsmark. Un grand roman, le premier d’une grande lignée, Le Livre de Poche, qui appartient déjà à l’histoire du livre moderne. Une collection qui procure autant de plaisir chaque fois que nous parcourons les pages jaunies de ses vieux titres qu’à l’occasion de découvrir une des dernières parutions.

(1) Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Livre_de_poche.

_______________________________

© E. Altés, 2011

Logo Livraddict

About these ads

4 réflexions sur “Retropoche: "Koenigsmark" le premier d’une grande lignée

  1. Ping : Retrojaune: Un énigme sur Koenigsmark | BebertEtCie

  2. Bonjour, je suis moi-même possesseur de 2 ex. de l’EO, dont une achetée en Suisse et identifiable en 4e de couverture, car imprimée sur 2 lignes : Imprimé en France (et) Frs belges : 22 DEH Frs suisses : 2 ceci au lieu de Frs : 150 (baisse comprise).
    Ces 2 ouvrages portent le même numéro : 8763-9-1952 sur la 4e ligne et Dép.lég.3e trim.1952 sur la 5e ligne. Ceci très clairement IMPRIMé en noir, en bas à GAUCHE de la dernière page (256e et dernière page, non marquée).
    Votre exemplaire étant noté 8765-9-1952, la mention "1er" dépot légal indiquerait alors qu’il y en a eu une autre précédemment (pour rappel 8763 non équivoque).
    Sauf à ce que votre exemplaire fasse partie d’un lot à page "maculée" car totalement vierge, et que le tampon encré de mise en conformité comporte une erreur de numéro (5 au lieu de 3). Ce qui le rendrait probablement aussi précieux car plus rare encore.
    Bien cordialement,
    Bernard Bourgeois – 06.12.62.37.35 bbourgeois46@sfr.fr

    • Merci Bernard de vos précisions sur la condition de mon exemplaire de Koenigsmark. La référence dans vos exemplaires me fait certainement penser à ce que mon bouquin ne soit qu’une réimpression operée la même année de l’édition originale. Donc, texte principal revu et corrigé. Toutefois, j’appellerais encore une fois à votre érudition pour savoir quelle aurait eu la raison d’inscrire un deuxième dépôt légal en des dates tellement proches à celle de la première publication. Cordialement.

      • De retour de vacances, je lis votre réponse ci-dessus et vous en remercie.
        Je ne sais pas quel intérêt il y aurait pu avoir à "re"déposer légalement à si faible intervale de temps.
        Je ne crois pas que le texte ait pu être revu et corrigé car il s’agit déjà d’une réédition du 1er roman de Pierre Benoit paru originellement en 1918. Le principal intérêt de cette parution nouvelle est le prix, permettant l’accès à tous des grands écrivains littéraires.
        Peut-être s’agit-il de la "récupération" d’un lot maculé comme je l’ai dit initialement ? Seul l’éditeur pourrait le dire (mais s’y intéresserait-il ?).
        Bien cordialement, Bernard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s